Filtration de l’eau : les systèmes de filtrations sont ils d’un bon rapport qualité prix ?

Depuis cinq ans, les foyers français se sont massivement équipés de carafes filtrantes. A tel point que le marché est aujourd’hui saturé  : on trouve aujourd’hui des carafes filtrantes à 20 euros, les fabricants tentants de se refaire des marges sur les cartouches.

Carafes filtrantes

On le sait : les performances de ces carafes filtrantes ont été épinglées par de nombreux tests réalisés par les associations de consommateurs. Pour mémoire, le banc d’essai le plus cinglant, mais aussi le plus réaliste, car réalisé in vivo au foyer de 31 familles, avait été publié dès 2011 par le magazine Que Choisir. « Sur les 31 analyses, il n’y en a pas une pour sauver la mise à la filtration de l’eau ! Alors que la plupart de ces logements reçoivent une eau du robinet potable, l’eau filtrée est dégradée » concluait le magazine après avoir jugé les résultats des carafes filtrantes « catastrophiques ». On repassera donc pour la qualité de l’eau. Et côté prix ? La filtration de l’eau – achat de la carafe et des cartouches compris – engendre une multiplication par vingt du prix de l’eau du robinet. On peut donc payer vingt fois plus chère pour une eau de moins bonne qualité que celle servie au robinet…

Car ces systèmes de carafe filtrante tiennent plus de l’illusion marketing que du traitement réel de l’eau. En supprimant le goût désagréable du chlore, les filtres donnent l’illusion d’une eau moins polluée. En réalité, non seulement ces carafes échouent à filtrer efficacement pesticides, nitrates, résidus de médicaments ou de plomb, mais en plus, elles relâchent des résidus de sels d’argent ou de charbons actifs. Tout aussi inquiétant, du fait de la manipulation des cartouches avec les mains, on retrouve le plus souvent des micro-organismes ou bactéries en quantité bien plus importante dans l’eau filtrée, que dans l’eau du robinet.

L’illusion du filtrage à domicile

Si les carafes filtrantes sont de plus en plus critiquées, les grands fabricants ne renoncent pourtant pas à décliner leur système de filtrage, en préconisant une installation directe sur les systèmes d’alimentations d’eau. L’illusion d’une station d’épuration à domicile a déjà fait polémique dans les pages faits divers de la Presse quotidienne régionale, où les méthodes agressives de ventes liées à ces produits sont des plus en plus dénoncées. Ainsi à Nîmes, une société attendait les chalands à la sortie des supermarchés pour leur faire participer à un tirage au sort. 100% des participants gagnaient un adoucisseur à 1 euro. Mais pour l’entretien de l’adoucisseur, certaines personnes ont déboursé jusqu’à 4 000 euros, une somme payable à crédit. La société a fait faillite, mais ce sont 10 000 victimes qui doivent continuer de rembourser leurs mensualités à l’organisme de crédit. En matière de rapport qualité prix, on a vu mieux…

Filtres et osmoseurs

Mais au delà de ce type d’escroquerie liées aux ventes à domiciles, qui existe également autour des panneaux solaires, que faut-il penser des performances des filtres, osmoseurs et adoucisseurs vendus en magasins ? Pour les filtres branchés sur l’alimentation, ces systèmes de filtration sont en réalité inspirés des carafes filtrantes, via un système de cartouche à charbon actif qui existe depuis les années 60. Ils présentent donc des performances toutes aussi décevantes que les carafes : ils sont susceptibles de relâcher des résidus de charbons actifs et propices au développement des bactéries.

Même constat pour les osmoseurs, souvent présentés comme des « filtres à sédiments » par des vendeurs peu scrupuleux, qui promettent une eau purifiée des résidus polluants. L’eau est même expurgée des minéraux comme le magnésium ou le calcium, ce qui n’a pourtant strictement aucun intérêt pour la santé. Là encore, sur le plan du rapport qualité prix, les performances des osmoseurs testés par Que Choisir, sont proprement surréalistes : pour produire un litre d’eau épurée, les osmoseurs consomment 4 litres d’eau…On imagine la facture ! D’autant plus salée qu’ils sont propices au développement de microbes. Dans le test de l’association de consommateur, dans certains cas, la présence de germes avait tout simplement rendu l’eau impropre à la consommation…

Les adoucisseurs

Surfant également sur les angoisses liées à l’eau du robinet, les adoucisseurs sont eux, censés lutter contre l’entartrage des tuyauteries. Là encore, la vigilance s’impose :  dans 8 cas sur 11 analysés par Que Choisir, ces adoucisseurs ont en réalité rendus l’eau particulièrement corrosive, ce qui peut détériorer les canalisations et les ballons d’eau chaude.

Au final, si l’eau du robinet est de mauvaise qualité, mieux vaut intervenir auprès des élus pour leur demander de faire respecter les standards nationaux de normes de qualité. Car chercher à filtrer seul des polluants que d’immenses stations n’ont pas réussi à éliminer, peut coûter très cher, pour un résultat proche de zéro…

Publicités